Rechercher

#14 LA VIE SUR MON CORPS ( ou pourquoi je me tatoue )


photo par Aloha Dborah

Depuis 3 ans j’ai la chance d’avoir dans ma vie un neveu, une vrai boule d’amour qui me surnomme « Tattoo ».

Car Tatie c’était déjà pris par ma petite soeur.

(Nous sommes donc Tatie Suze et Tatie Tattoo … une fine équipe pour l’éducation de ce petit bout, mais revenons à nos moutons…)


Je suis donc devenue officiellement pour les membres de ma famille « Tattoo » et non plus Lucie.

Le tatouage fait tellement partie de moi et de ma vie que l’on ne dissocie plus la personne de la passion…Et pourtant je pars de loin…


ATTENTION FLASHBACK :


Depuis petite j’ai toujours voulu être différente, avoir ma propre identité…me démarquer! Je ne sais pas si ça vient du fait d’avoir deux soeurs, ou si c’est simplement un égo surdimensionnés (mais vu ce que je pense de moi…je ne pense pas) mais voilà, j’ai ce besoin de ne ressembler à personne.

J’avais donc en moi cette envie d’être tatouée…très tatouée! Depuis longtemps!


Mais…une peur folle des aiguilles!

Prises de sang, vaccins…étaient déjà une épreuve impossible…alors se faire tatouer?!

*Doux Jésus*


Puis en 2013, ma coloc et ma partenaire de crime, m’a poussé à faire mon premier tatouage…

Je vais pas vous mentir je me suis évanouie…Deux fois!


Puis quelques mois plus tard, je quittais la France pour un stage à Athènes où la culture du tatouage est un véritable art de vivre!

Il ne m’aura pas fallut longtemps pour avoir envie de me refaire tatouer…mais étrangement, une fois de plus, j’avais peur!

Ma tutrice de stage m’a donc à son tour motivée et accompagnée afin que je pousse la porte du salon de tatouage et que je rencontre le tatoueur qui me donnera plus tard l’envie d’en faire mon métier...


A partir de là, le mal était fait, la bête réveillée, je ne pouvais plus m’arrêter !


Je me suis fixée à l’époque une limite de 4 tatouages maximum par année « scolaire »…

(cette année n’est pas finie et je m’apprête à faire le 16ème depuis Septembre…autant vous dire que j’ai du mal à tenir mes promesses ! )

Soyons honnête deux secondes… c’est une addiction!


Mais qu’est ce que ça m’apporte réellement?


-Tout d’abord, c’est une évidence, je ne suis moi même que lorsque je me couvre d’encre…

Voir des photos de moi sans tatouages me perturbe, ce n’est pas moi ! J’ai besoin de me compléter, d’écrire mon histoire…

Ça me permet aussi de me réinventer, de créer mon image, celle qui pour moi est la mieux.


-Et puis soyons honnête : JE TROUVE ÇA BEAU !

On me demande souvent pourquoi je « m’inflige » ça, et si je ne vais pas le regretter: alors déjà, je ne "m’inflige" pas ça, au contraire, je m’offre un tattoo comme une récompense ( pour une étape de ma vie importante, parce que j’ai perdu du poids, parce que j’ai touché mon salaire…hahaha oui même des petites choses méritent des récompenses!)

Et en ce qui concerne les regrets... je ne pense pas!

Déjà, parce que je ne vois pas un tatouage mais l'ensemble de mes tattoos sur mon corps... ils font tellement parti de moi que je ne les vois plus !

Mais surtout parce qu'ils racontent mon histoire! Et donc regretter un de mes tatouages serait regretter mon parcours...qu'elle tristesse!


-Mais je me tatoue pour des raisons aussi très personnelles : Alzheimer & la vie après la mort… Je vous explique:

Dans ma famille, Alzheimer c’est un peu un passage obligatoire avant de dire au revoir…et j’ai peur de ce jour où moi non plus je ne pourrais plus me rappeler… Alors je tatoue mon histoire sur mon corps… Ma famille, les villes où j’ai habité, le nom des rues grecques où j’ai vécu, la date de mon opération…même mon numéro de taxes Grec…bref j’ai tout mis sur mon corps ( de façon codé certes…car il y’a beaucoup de choses intimes et je ne souhaitais pas non plus que n’importe qui dans le bus puissent comprendre ce qui est tatoué sur mon bras…).

Et le jour où Alzheimer aura pris mon tout dernier souffle… je me dis qu’il est possible qu’il y’ait un après… Un endroit où les âmes perdues se retrouvent…et si tout ce passe comme je l’imagine alors nos âmes gardent l’apparence de notre enveloppe corporelle…et donc nos cicatrices et tatouages!

Alors déjà je serais une âme trop stylée…hahaha mais surtout j’aurais alors avec moi ma vie antérieure, mon histoire à jamais dans la peau…


-Enfin, le tatouage est pour moi comme une thérapie… c’est R E L A X A N T !

Si, je vous jure! Une fois passé l’appréhension, on se détend… il n’est pas rare que je m’endorme d’ailleurs… Pendant une séance, le corps libère des endorphines afin de supporter la « douleur » et la suite dépend de chacun…

Pour ma part, je ne le vois pas comme une douleur, mais comme la réalisation que mon corps est en train de changer, comme un échange avec le tatoueur, un contact prolongé… Je ne vous cache pas que j’apprécie même cette sensation… c’est pour moi un véritable rituel, l’acte de se faire tatouer est aussi important que le résultat final!

© 2018 by Lucie Ries. 

" Les paillettes c'est la vie...

mais le gras aussi! "

Madame Ries

  • Gris Facebook Icône
  • Grey Instagram Icon
  • Grey Pinterest Icon